Van Ayrt et Alafelipe renouvellent la rivalité dans les classiques Milan-San Remo | Plus d’actualités sportives

Milan – Le Belge Wout van Aert est de retour pour défendre son titre à Milan-San Remo avec le vice-champion de l’année dernière Julian Alavelibi parmi ses rivaux lors de la 112e édition des classiques d’une journée à 299 km au nord-ouest de l’Italie samedi.
Van Airt a remporté une course rapide devant le Français Alavelipe dans la chaleur en août dernier dans une course reportée en raison de la pandémie de coronavirus, avec sa première victoire dans une course cycliste «monument».
Le cavalier Jumbo Visma s’est échauffé en Italie ce mois-ci, terminant quatrième à Strade Bianche, avant de terminer deuxième du général de la course par étapes Tirreno-Adriatico mardi, avec une belle fin au procès temporel.
“Pour le moment, les classiques sont l’objectif principal”, a déclaré Van Ayrt.
“Je sais depuis l’année dernière que j’ai bien récupéré après une course difficile. Cela me donne confiance pour aller à Milan-San Remo.”
Le champion du Tour de France Tadej Bojacar sautera samedi la course “Classic Spring” après ses efforts en route vers une victoire Tereno-Adriatic.
Mais Alaphilippe, le champion du monde sur route, revient pour la cinquième fois de la course qu’il a remportée en 2019, aux côtés du vainqueur à Strade Bianche aux Pays-Bas, Mathieu van der Poel.
Ils se sont tous les deux retrouvés sur le terrain à Terino Adriatico.
Alaphilippe a occupé son premier podium sur le “ Monument ” de San Remo en 2017, deux ans plus tard, il a éclipsé le peloton pour remporter sa première victoire.
Le joueur de 28 ans est revenu sur le podium l’année dernière après une autre violente attaque contre Poggio.
“J’adore Milano-San Remo, c’est une belle course et je suis heureux d’y retourner”, a déclaré le concurrent de Deceuninck-Quick-Step.
“Ma saison a été bonne jusqu’à présent, les conditions se sont améliorées depuis ma première course cette année, et la confiance est au rendez-vous.”
Le coureur irlandais Sam Bennett, vainqueur de deux étapes à Paris Nice, et l’Italien David Ballerini, vainqueur du Het Nieuwsblad en février, seront également sur la ligne de départ de Deceuninck, aux côtés des champions danois Kasper Asgreen, du Tchèque Zdenek Stybar, des Belges Tim Diklerk et Yves Lambert.
L’Allemand Maximilian Schachmann est en lice après avoir défendu son titre à Paris-Nice le week-end dernier.
La course exténuante de sept heures est l’une des cinq courses cyclistes extrêmement longues d’une journée connues sous le nom de «reliques»
Cette année, il y aura 25 équipes de sept cavaliers, à commencer par Milan.
S’échapper de la récente ascension de Poggio à l’extérieur de San Remo a vu Vincenzo Nepali gagner en 2018, Alafilipe a brûlé le terrain à l’intérieur de San Remo en 2019 et Van Art a terminé dans un sprint l’année dernière.
Parmi les autres lauréats précédents figurent Michel Koyatkovsky (2017), Arnaud Demir (2016), John DeGinkolb (2015) et Alexander Kristof (2014).
Le tracé de la version 112 de “Classicissima” a été légèrement modifié, avec l’ascension vers le Colle di Giovo à mi-chemin pour remplacer le Passo del Turchino, qui a été bloqué par un glissement de terrain.
Encore une fois, trois petits temps d’escalade – Capo Mele, Capo Cervo et Capo Berta – ont préparé le terrain pour une vague d’attaques le long des 30 derniers kilomètres sur Cipressa et Poggio plus raides.
Du haut de Poggio, il ne reste que six kilomètres jusqu’à la ligne d’arrivée sur la Via Roma dans la ville italienne de la Riviera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *