L’impact du COVID-19 et la reprise jusqu’en 2030

TipRanks

JP Morgan dit que ces trois actions aurifères pourraient augmenter de 40% (ou plus)

Parlons d’or. Le métal précieux est un investissement traditionnel sûr, soutenu par son utilisation – qui a commencé il y a 5 000 ans – comme réserve de valeur fiable. Les investisseurs qui cherchent à protéger leurs portefeuilles et à sécuriser leur richesse achètent traditionnellement massivement en or, et le prix de l’or a parfois été utilisé comme une alternative (bien qu’inversée) à la santé économique globale. Dans un rapport récent, la société d’investissement JP Morgan a jeté un long regard sur l’état de l’industrie aurifère – en particulier, l’industrie des mines d’or. L’analyste Tyler Langton souligne une ironie fondamentale dans deux faits fondamentaux sur les mines d’or. «Au fil du temps, dans le secteur des matières premières, les producteurs les moins chers qui possèdent les actifs les plus durables ont tendance à être relativement gagnants … et les mines d’or, par rapport aux minéraux de base, ont généralement une durée de vie beaucoup plus courte et les mineurs d’or doivent se concentrer sur le remplacement des réserves pour maintenir les niveaux de production. ” À première vue, le paradoxe de Langton pourrait sembler s’éloigner d’un investissement massif dans les mines d’or. Après tout, ce sont les producteurs de matières premières à haut risque. Mais les temps actuels sont vraiment bons pour les mineurs d’or. Les prix sont élevés par rapport aux dernières années; Le métal tourne maintenant à moins de 1800 dollars l’once, mais il a culminé au-dessus de 2000 dollars en août de l’année dernière, au plus fort des verrouillages de Corona, et était aussi bas que 1200 dollars il y a à peine 18 mois. Les prix élevés actuels sont de bon augure pour les producteurs. Langton dit qu’il croit que les prix actuels sont soutenus, car les mines d’or et d’or sont considérées comme une couverture contre «l’incertitude totale». Il estime que les principales sources de soutien seront «les taux d’intérêt réels restant bas pendant une période plus longue et la poursuite des mesures de relance liées au COVID-19 dans les bilans en expansion des banques centrales». Avec cela en arrière-plan, Langton et ses collègues commencent à sélectionner les actions minières aurifères qu’ils considèrent comme gagnantes dans l’environnement actuel. Sans surprise, ils aiment les entreprises qui font preuve de discipline en matière de fusions-acquisitions, se concentrent sur les flux de trésorerie disponibles et les bons rendements pour les actionnaires. En utilisant la base de données TipRanks, nous avons extrait des détails sur bon nombre de leurs choix récents. Est-ce aussi bon que l’or? Les analystes semblent le penser. Tous sont classés par achat et sont susceptibles d’offrir un ascenseur significatif. Creusons. Kinross Gold Corporation (KGC) Premièrement, Kinross Gold est une société à moyenne capitalisation – estimée à 8,6 milliards de dollars – avec des opérations minières actives aux États-Unis, au Brésil, en Afrique de l’Ouest et en Russie. Ensemble, ces activités ont des réserves d’or prouvées et probables de 29,9 millions d’onces. La société vise 2,4 millions d’onces de production totale pour 2021, passant à 2,9 millions d’onces d’ici 2023. La rentabilité de l’entreprise se reflète à travers son coût des ventes par once, à 790 $, et son coût global de durabilité, à 1025 $ l’once. Avec l’or actuellement vendu à 1 782 $ sur les bourses de matières premières, le succès à court terme de Kinross est évident. Deux ensembles de statistiques mettent en évidence la rentabilité de Kinross. Premièrement, le récent record de résultats trimestriels de la société montre une augmentation constante des revenus et des bénéfices. Indépendamment de la baisse au premier trimestre de 2020, au début de la crise Corona, les revenus de Kinross ont augmenté régulièrement depuis le début de 2019 – et même en 2020, chaque trimestre a affiché une augmentation d’année en année. Après 7 ans sans dividendes, Kinross a mis à profit sa solide performance des derniers mois pour récupérer les bénéfices de l’entreprise. Les paiements sont encore peu fréquents, mais depuis l’annonce en septembre 2020 de la redistribution des dividendes, deux paiements ont été effectués et trois paiements ont été annoncés pour mars de cette année. Chaque paiement était de 3 cents par action, ce qui se traduit par un rendement modeste de 1,6%. Le point clé ici n’est pas la force du rendement, mais plutôt la confiance dont la direction a fait preuve à court et moyen terme grâce à la redistribution des dividendes. Sur la base des projections de production actuelles, les paiements devraient se poursuivre jusqu’en 2023. Tyler Langton, dans ses remarques sur Kinross, est parvenu à une conclusion positive: «Compte tenu des projets de croissance anticipés et du pipeline pour des projets supplémentaires, nous pensons que Kinross sera en mesure de maintenir production moyenne. 2,5 mm oz par an. Au cours de la prochaine décennie. La société a un profil de coûts attractif et nous prévoyons une baisse des coûts au cours des prochaines années. nous nous attendons à ce que Kinross oriente cet argent vers des projets de croissance Conformément à ces commentaires, il a choisi Kinross comme «le meilleur choix de JPM dans le secteur aurifère» et a évalué l’action comme surpondérée (c’est-à-dire acheter). Son cours cible de 11 $ indique un potentiel 61% de rallye l’année prochaine. (Regardez le score de Langton, cliquez ici) Kinross obtient une forte recommandation d’achat du consensus des analystes, sur la base d’une répartition de 6 à 2 entre les critiques d’achat et de livre.Les analystes de Wall Street fixent le prix cible moyen à $ 11,25, ce qui est légèrement supérieur à Langton , Et indique une augmentation d’un an de 64% par rapport au cours actuel de 6,85 $. (Voir l’analyse des actions de KGC sur TipRanks) SSR Mining, Inc. (SSRM) En nous déplaçant vers le nord au Canada, nous examinons maintenant SSR Mining à Vancouver. Il s’agit d’une autre société minière de taille moyenne, qui produit de l’or et de l’argent en quantités dans quatre mines actives au Canada, aux États-Unis, en Argentine et en Turquie. Les opérations canadiennes, américaines et turques produisent principalement de l’or, tandis que l’opération Bona est la plus grande mine d’argent d’Argentine. Bien que SSR ait manqué les estimations minimales et les plus élevées dans son dernier rapport trimestriel, pour les chiffres de production de l’année 2020, la société a adhéré aux directives prédéfinies. La production d’or pour l’année était de 643 000 onces, soit 31% de ce total au quatrième trimestre. La production d’argent de la mine Buna a atteint 5,6 millions d’onces, dépassant les chiffres indicatifs. La production du quatrième trimestre a atteint 39% du total. En novembre dernier, la société a annoncé qu’elle entamerait sa politique de dividende à partir du T1 21. Le «dividende de base» serait fixé à 5 cents par action, soit un dividende de 1%; Comme avec KGC ci-dessus, le point clé n’est pas de savoir si le dividende est élevé ou faible, mais que la direction commence à le pousser – un signe de confiance dans l’avenir. Langton fonde son évaluation pour le SSRM sur sa forte prévision de flux de trésorerie disponible, en écrivant: «Aux prix actuels des contrats à terme sur l’or, nous estimons que le SSR générera environ 400 mm de recouvrement d’acier en 2021 et environ 500 mm par an de 2022 à 2024. De plus, à partir de la règle de 2021, nous nous attendons à ce que le SSR génère un taux cumulé de FCF de 2021 à 2025 de 2,3 milliards de dollars, soit environ 59% de la valeur marchande actuelle … ”, conformément à ses commentaires, Langton met un gain de poids (c.-à-d. acheter) sur le stock, avec un objectif de prix de 24 $ qui indique un gain de 60% pour les 12 prochains mois. (Pour voir le dossier de Langton, cliquez ici) Il y a 8 revues récentes d’actions SSRM – et chacune est un achat, faisant l’unanimité du classement de consensus de l’analyste Strong Buy ici. L’action se vend 15,25 $ et son prix moyen élevé de 28,78 $ indique un gain de 89% pendant un an. (Voir l’analyse boursière SSRM sur TipRanks) Newmont Mining (NEM) dernier sur la liste, Newmont, est la plus grande société minière aurifère au monde, avec une capitalisation boursière de 45,78 milliards de dollars et une production active dans une variété de minéraux, y compris l’or et l’argent et cuivre., zinc et plomb. La société a des actifs – opérations et perspectives – en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique et en Australie, et est le seul mineur d’or coté sur le S&P 500. Avec ces détails à l’esprit, il convient de noter que les actions de NEM sont en hausse de 29% dans le 12 derniers mois – plus que les gains de Standard & Poor’s ont augmenté de 16% au cours de la même période. Au troisième trimestre de 2020, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 3,12 milliards de dollars. Même si cela n’était pas prévu, il s’est amélioré de 5,4% par rapport au troisième trimestre de l’année dernière. Les résultats du troisième trimestre ont également constitué un record pour l’entreprise, avec un cash flow libre de 1,3 milliard de dollars. Les résultats ont été inférieurs aux attentes, un modèle commun pour la performance de la société en 2020 au premier et au deuxième trimestre également. La crise du coronavirus a fait baisser les résultats, mais même les résultats décevants ont augmenté d’année en année. Newmont a un programme efficace de retour sur investissement pour les actionnaires. Depuis le début de 2019, la société a utilisé à la fois des dividendes et des rachats d’actions pour restituer du capital aux actionnaires, pour un montant de 2,7 milliards de dollars. En janvier, Newmont a annoncé la poursuite des rachats d’actions d’un milliard de dollars. Dans la perspective de 2021, la société a également annoncé un nouveau cadre de dividende, fixant le paiement de base à 1 USD par action et par an, et a confirmé son engagement en matière de rendement du capital. Michael Gleick de JPM a dirigé le mémo sur Newmont, en commençant par reconnaître la forte production de la société: «Nous nous attendons à ce que la production d’or attribuée à NEM reste relativement stable sur la période 2021-2025 à environ 6,5-6,7 mm l’once …» de la société à mi-parcours – perspectives de production À terme, Glick a poursuivi: «En termes de production, l’expansion continue de Tanami devrait permettre une production supplémentaire et une baisse des coûts décaissés à partir de 2023. De plus, nous prévoyons que Newmont approuvera les projets Ahavo North et Yanakocha Sulfide. année, ce qui devrait conduire à une augmentation de la production pour l’entreprise au-delà du calendrier de développement du projet d’environ trois ans. Glick aime les chiffres de production de FCF et Newmont et les utilise pour soutenir sa cote de surpoids (achat). Son objectif de prix de 83 $ indique un gain de 46% pour les mois à venir. (Pour voir le bilan de Glick, cliquez ici) Newmont, de toutes ses forces, continue de recevoir une note d’achat modérée du consensus des analystes. Ceci est basé sur 8 avis, dont 5 achats et 3 réservations. Le prix cible moyen est de 74,97 $, ce qui indique qu’il y a place pour une croissance de 31% par rapport au cours actuel de 56,99 $. (Voir NEM Stock Analysis sur TipRanks) Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article ne sont que celles de l’analyste présenté. Le contenu est destiné à un usage informatif uniquement. Il est très important de faire votre analyse avant de faire tout investissement.

READ  Le président de la Football Association, Jonathan Ford, démissionne le 31 mars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *