Le groupe de travail répond à la lenteur du déploiement du vaccin lent de la Belgique

Selon les chiffres publiés par le Vaccine Task Force, l’écart entre le nombre de vaccins contre le virus corona administré à la Belgique et les vaccins proprement dits s’est creusé ces dernières semaines.

“Nous sommes dans une phase de transition en raison de problèmes avec l’ouverture des centres de vaccination et le lancement du système d’invitation”, a expliqué samedi le président de l’équipe Dirk Ramackers. Il a déclaré que l’objectif était de réduire l’écart dans les prochaines semaines.

Des chiffres récents montrent que plus de 1,5 million de doses de l’un des trois vaccins COVID-19 approuvés en Europe – Pfizer, Moderna et Astrogenega – ont été livrées en Belgique. Parmi ceux-ci, 943 000 doses ont été administrées sous forme de première ou deuxième injections.

De plus, l’écart se creuse. Il y a une semaine, 830 000 doses ont été administrées sur les 1,28 million livrées, et à la mi-février, la différence n’était que de 200 000 doses.

“Bien sûr, un certain délai, un temps de traitement, est inévitable”, a déclaré M. Les Ramakers ont déclaré samedi. “Nous avons essayé de rester aussi court que possible, mais ce sera la même chose entre une et deux semaines.”

Il a en outre expliqué qu’une réserve doit être maintenue pour anticiper les complications possibles de l’accouchement et pour s’assurer que la première dose du vaccin peut être suivie une seconde fois.

M. Les Rammakers avaient également de bonnes nouvelles: le vaccin Astrogenega pouvait être administré à des personnes de tous âges.

«Les complications pratiques dans les centres de vaccination sont minimes», a-t-il déclaré. “Il a également été décidé de réduire le stock de vaccins Pfizer car les distributions sont désormais plus stables.”

READ  Le meilleur Deguisement Halloween Enfant Garcon: Guide de révision et d'achat

Brussels Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *