La France rencontre les dirigeants du Sahel à propos de l’insurrection islamique | Nouvelles | D.W.

Le président français Emmanuel Macron et un groupe de cinq alliés africains doivent se rencontrer lundi pour discuter d’un violent soulèvement djihadiste dans la région du Sahel en Afrique.

Les dirigeants connus sous le nom de G5 Sahel – Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger – se réunissent dans la capitale tchadienne, N’Jamena, pour un sommet de deux jours. Macron y assistera par vidéoconférence.

Les militants islamistes au Sahel sont apparus pour la première fois en 2012 dans le nord du Mali. Ils contrôlent désormais le vaste territoire qui enjambe la bordure sud du désert du Sahara.

La France, avec le G5 Sahel, a combattu l’insurrection. ONU A une mission de maintien de la paix dans la région.

Mais l’ONU affirme que des milliers de soldats, de soldats de la paix de l’ONU et de civils ont été tués. Plus de deux millions de personnes ont été déplacées de leurs foyers.

Graphique Mesures de sécurité Zone du Sahel EN

De quoi discuteront les dirigeants?

Macron devrait chercher un soutien pour réduire le nombre de soldats français.

La France, ancienne puissance coloniale au Mali, compte désormais 5 100 soldats dans la région dans le cadre de son opération Barclays. C’était 4 500 il y a un an.

L’opération a connu de nombreux succès, mais les attaques contre les troupes françaises ont fait jusqu’à 50 victimes de guerre, dont cinq en décembre.

Cela a conduit les législateurs français à s’interroger sur le coût et l’utilité du Bargan.

Mardi dernier, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a appelé à un “soulèvement diplomatique, politique et développemental” pour répondre à la situation.

READ  Le meilleur Ceinture Sans Boucle Femme: quelles sont vos options?

Macron a ouvert la porte à un tir à la corde le mois dernier, suggérant que la France pourrait «réparer» son engagement militaire.

Mais malgré les rumeurs persistantes, la France ne devrait pas faire d’annonce majeure sur le retrait des troupes au sommet de N’Djamena.

Au lieu de cela, la France peut s’attendre à plus de soutien militaire de ses partenaires européens à travers la Task Force Takuba dirigée par la France, qui aide le Mali dans la lutte contre les djihadistes.

Les forces du Sahel, pour leur part, n’ont pas pu supporter la récession en raison du manque de fonds, du mauvais équipement et du manque de formation adéquate.

kmm / rc (AFP,)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *